Une matinée ordinaire au bord de la rivière des prairies

Tôt le matin, une balade  ordinaire (*) près de la rivière des prairies et sur l’île de la visitation.

(*) ordinaire est ici à prendre au sens ordinaire, pour ne pas dire habituel.  » à l’accoutumée, classique, commun, courant, coutumier, normal. » et non au sens québécois de médiocre:

« sacramant, ton lunch à matin, l’est ben ben ordinaire »

 

C’était une matinée bien ordinaire sur les bords de la rivière des prairies.

Et je vous souhaite une fin de semaine extraordinaire.

Arachnophobes s’abstenir

Si la vue des araignées vous déplaît, passez votre chemin, et n’allez pas agrandir les photos ci dessous.

Je ne suis pas un fanatique de ces petites bestioles à huit pattes, mais je n’ai pas résisté au plaisir de photographier un curieux spectacle.

Pendu entre les deux marches d’un escalier extérieur, il y avait l’autre jour, un amas curieux, jaunâtre, d’assez petite taille. Pas plus de 3 ou 4 centimètres (un petit pouce pour ceux d’icitte)

En regardant de près, j’ai vu que ça grouillait, je me suis empressé ( me suis grouillé, si vous voulez) d’aller quérir mon appareil pour voir ça de plus près.

Ça semble bien être des araignées,  minuscules, jaunes avec une tache noire. Si quelqu’un connait le nom, je suis preneur.

 

Décidément, la sagacité  des photographes est surprenante. On a trouvé le nom de ces bibittes jaunes..

In the miror s’y connait bien, comme le dit justement almanito.

Ce sont des bébés d’Épeire diadème.  « Araneus diadematus Babyspider » in english…

 

Bonne journée à toutes et tous, arachnophobes ou non.

J’ai regardé sous les jupettes de la fée clochette…

Ah, ça me démangeait..

Je voulais voir.

Les fleurs ne sont pas toutes pareilles, certaines s’exposent,  se montrent, nous dévoilent tout..

Et d’autres comme le muguet sont très pudiques:

IMG_5867

 

Ça fait longtemps que je voulais voir ses dessous (J’ai honte, ça se voit?). C’est fait:

C’est troublant, ne trouvez vous pas?

Bonne journée à toutes et tous

Chez les Ceylan, c’est de famille.

Ah que voilà une nouvelle qui m’a fait un grand plaisir.
Avez vous vu le palmarès du festival de Cannes 2014?

Ici au Québec, beaucoup imaginaient, croyaient que celui que certains voient comme un petit génie (Xavier Dolan) allait repartir avec la palme d’or.
Et bien non, il ne l’a pas eue la palme. Et je suis content.
Mais non, je ne suis pas heureux qu’il ne l’ai pas eue (même si ses films sont pour moi, un puissant somnifère),
mais heureux de voir que celui l’a emportée cette palme est Nuri Bilge Ceylan.
nuri2
C’est une personnalité que je suis depuis des années pour ses photographies, qui en plus d’être photographe est aussi réalisateur, scénariste, monteur et producteur.

La description qui est faite de lui dans wikipédia, colle parfaitement à ses photographies. À la fois puissantes et intimistes.:
Son œuvre, exigeante et austère, décrit par petites touches impressionnistes la difficulté de vivre pleinement sa vie dans les sociétés modernes à travers la peinture des relations intimes et sociales, contaminées par le rapport de classes : la famille, l’amitié et bien sûr le couple.

nuri1

Je vous invite à aller voir ses photos sur son site personnel, je crois que ça en vaut la peine.

Ce que je trouve le plus étonnant, peut-être, c’est le fait que Nuri Bilge Ceylan a une soeur.

J’imagine certains de vous hocher la tête en disant.. « ben oui, et alors, moi aussi.. » Oui, mais lui, il est photographe et sa soeur aussi.
emine-ceylan-3

 

Les photos de la soeur sont souvent aussi sombres que celles du frère, comme celle -ci qu’elle appelle « honte »:

honte

Mais ce qui me fascine beaucoup, ce sont leurs points communs photographiques. Surtout lorsqu’ils saisissent l’humain, spécialement leur père.
insomnieLa photo ci dessus s’appelle Insomnie.

Le site personnel d’Emine Ceylan est  à voir ici.

J’aime ça, parler de mes coups de coeur photo.. et vous?

Je suis fou des verts.

Oui, c’est vrai, j’avoue, je suis fou des verts.

Pas le vert de gris, ni le vert des greens.

La grande folie au Québec, c’est le golf.  Dès la fin du printemps, des mordus foulent les greens.

Moi, je n’aime pas le golf et tout le cérémonial qui entoure ça.

L’obligation un peu snob de se gargariser de termes reliés à ce qu’ils appellent un sport. Les greens, les tees, les fers, les bois.

Moi, je ne suis pas snob, mes verts je les trouve dans les bois.

Et vous,  aimez vous le golf?

Savez vous d’où vient le mot GOLF?

Non?

Ce serait « Gentlemen Only, Ladies forbiden »

Bonne journée à toutes et tous.

 

Cet article montre des scènes sexuellement explicites..

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi un oiseau chante?
IMG_3524

Je me posais la question en voyant cette paruline jaune (Setophaga petechia) chanter perchée dans son buisson épineux.

Pourquoi chante-elle? Épineuse question, n’est-ce pas?

Le chant pour les oiseaux est beaucoup relié à la vie à deux. Le sexe, toujours le sexe…

Le chant joue un rôle social important, car on sait qu’un oiseau isolé ou sans femelle chante plus fort qu’en couple.
Cette tendance à « la fermer » chez mâle en couple est aussi présente chez d’autres espèces.
Le chant sert aussi aux mâles pour séduire les femelles et revendiquer un territoire.

Ainsi donc ma paruline jaune (sans doute un mâle appelait sa femelle).

Ici, il est conseillé de lire attentivement l’avertissement qui suit:

Les images qui suivent montrent des scènes sexuellement explicites, pouvant choquer des personnes non averties.

La supervision des parents est requise..

Lorsque j’ai eu la chance de photographier ça, au début, j’ai pensé à une grosse chicane.. Et bien non, il a fallu l’avis d’un amateur éclairé présent à ce moment là, pour que je me rende compte que j’avais saisi un accouplement.  Surprenant, non?

En voyant ça, on peut toujours se poser la question « et la tendresse..? Bordel  !! » Pour moi, j’ai compris ce que veut dire « lui voler dans les plumes »..

Bonne journée à toutes et tous.

ps, les photos sont la propriété de l’auteur, la reproduction et la publication n’est pas acceptée.