Il faut profiter jusqu’au bout des choses exceptionnelles.

Je ne voulais rater sous aucun prétexte, le lever du dernier jour d’un mois exceptionnel.  Février 2015 aura un mois à marquer d’une motte blanche (motte de neige, bien sur).

Selon Environnement Canada,  le mois de février qui s’achève aura été le plus froid depuis 115 ans.

Pour souligner la fin de ce mois bref, mais frette, j’étais à 6 heures du matin, dans le rang Saint Dominique à Mirabel. Et je ne regrette pas, c’était exceptionnel:

Pour lire ce qui s’écrit sur ce mois de février ont  je suis heureux de voir les talons, c’est ici: Février 2015, le mois le plus….

Il est bien évident que ce qui est écrit à propos du mois de mars qui s’en vient, est totalement faux..

Réchauffement climatique, qu’ils disent?  Où? Où?

ps, il n’y a pas d’accentuation des teintes dans les photos de la galerie.

Bon dimanche à toutes et tous

 

Et la réponse est:

C’est vraiment amusant de poser des devinettes. Le plus grand plaisir ce n’est pas de voir les gens « sécher » mais de lire les suppositions.

Quand Pancho écrit « je sèche » je me marre.. Quand elle revient pour « tenter un 2e coup », je ris jaune…

Ce n’était pas une anémone de mer, ni du café aux canneberges.

Non, c’est l’intérieur d’un verre de vin à pied, dans lequel un fond de vin rouge s’est évaporé. Le verre est photographié de haut, avec une lumière sous le pied.

Bon asteure, vais aller voir si les bubos sont décidés  à voler ailleurs que devant des signalisations routières.

IMG_6828

Bonne journée et bon week-end à toutes et tous.

 

Et une devinette, avec ça?

Laurence Chellali, photofolle.net, aime bien les devinettes, et en poser.

Elle écrit:

« Ca fait une éternité que je ne vous ai pas proposé une devinette ! Alors pour ceux d’entre vous qui adorent les défis, je vous laisse à vos suggestions et propositions. Rappelez-vous ceci : « Ce que nous percevons n’est pas le monde, mais le modèle du monde crée par notre cerveau. »

J’aime bien aussi poser des devinettes, particulièrement quand je suis quasi certain que personne ne va trouver….

Qu’est-ce que c’est?

IMG_7301

Cliquez pour agrandir, cela peut faire diminuer la perplexité…..

 

Pour vous aider… Il n’y a pas de trucages, ni manipulations comme celle ci-dessous: IMG_7297

Alors, qu’est-ce donc?

Et un indice avec ça? Une phrase d’une chanson de Brel, pourrait vous aiguiller….

Bonne réflexion… et bonne journée à toutes et tous, qui me suivaient. Un bonjour particulier à une personne qui se connecte du Liban….

 

asteure, l’hiver, ça va faire…

Traduction « maintenant, l’hiver, ça suffit »

Toujours en bon langage local: « Chu tanné ben raide »

Traduction : « je ne supporte plus »

ou si vous préférez: « j’en ai plein le dos, le casque (et ce que vous voulez….) »

Alors, j’ai remisé les bandeaux neigeux et j’ai sorti les bandeaux boutonneux..

Bonne journée à toutes et tous

L’homme n’est jamais content.

Le comportement humain est assez fascinant.  À le voir « aller » on pourrait croire qu’il est toujours à la recherche de quelque chose qu’il n’a pas.

Tenez en matière de création photographique, homo photographicus veut souvent avoir le contraire de ce qu’il a.

À l’époque de la photographie en noir et blanc, on peut presque comprendre qu’il ait eu envie de coller un peu de couleurs sur les images.

Il y a très longtemps, les clichés en noir et blanc étaient « peints en couleur » à la main.

Aujourd’hui avec le numérique, on voit apparaître plein de versions modifiées de photos connues.

Audrey, en couleur?

Ah, non, je préfère en noir et blanc.

 

Les photos de la guerre de 14/18, colorisées:

J’ai presque la sensation de photo de vacances. Comme si le noir et blanc faisait plus dramatique.

Homo photographicus modernus n’en finit pas de passer en noir et blanc ses images faites en couleur. Il achète même un logiciel spécialisé là dedans..

Et on ne s’arrête pas là.

 

On voit des peintres faire des toiles aux détails si précis que cela ressemble à des photographies.  Je trouve ça bizarre..

 

 

Le boutte du boutte (tout le monde aura compris) c’est lorsque des peintres en sont à reproduire ce que certains appellent du « bokeh » dans des toiles qui ressemblent à des photos floues.. Je trouve ça bizarre.

 

Sans doute qu’un artiste va sortir la première toile qui va ressembler à une photo pas prise .  Ça ressemblera probablement à ça:

Sans-titre-1

 

 

 

 

 

 

(il est possible de cliquer pour apprécier le travail de l’artiste)

Vous ne trouvez pas ça bizarre??

Bonne journée à toutes et tous

 

Pour celles et ceux qui voulaient savoir…

J’ai créé un page supplémentaire dans le menu de ce blogue pour expliquer des techniques utilisées.  Je fais cela s’il y a eu des demandes en ce sens.

Ce sous menu s’appelle « Quelques trucs » et la première publication c’est :

« déformation Petite planète »

Bonne lecture.

C’est un photographe québécois, Mario Groleau, qui par son travail,  m’a donné le goût d’essayer cette technique. Lui est un vrai spécialiste.

Allez voir sa galerie sur Flick’r:

https://www.flickr.com/photos/12472776@N07/sets/72157624056438568/

Et sa page dédiée à sa petite planète:

Panoramas polaires de Mario Groleau.

Et peut-être après allez vous penser « et pourtant, elle tourne…. »

Soyez bien à l’aise de poser des questions si quelque chose n’est pas clair dans mes explications.

Bon dimanche à toutes et tous.

 

 

Le plaisir du photographe d’oiseaux.

Photographier des oiseaux est un plaisir, ce n’est pas moi qui vais vous dire le contraire.

Mais le plus grand plaisir dans ce domaine est souvent douloureux. (C’est très tendance en ce moment, mais ça ne va  pas me faire afficher mes  photos en 50 nuances de gris). Le plus grand plaisir avec les oiseaux, c’est d’arriver à la capter en vol.  Et ce genre d’exercice fait souvent mal. Les ratés sont fréquents et la netteté est rarement celle que l’on a rêvé.  Mais ça ne fait rien, le photographe continue à essayer. Et parfois il a un plaisir rare quand une des photos le satisfait.

 

« Et parfois il a un plaisir rare quand une des photos le satisfait.  » Finalement c’est une bonne chose qu’il soit rare que l’on réussisse une bonne photo d’oiseau en vol.

Sinon, si le plaisir devenait habituel, resterait-il autant un plaisir?

Qu’en pensez vous?

Bonne journée à toutes et tous.

ps, il va faire -23° à Montréal, à 6:00.  C’est terrible..

Oui, mais y’a pas de vent.. ah, alors c’est pas si pire…

Pis à Val d’or à la même heure va faire -34°, ah, on est bien à Montréal….

Voilà ce qu’en pensent « les birds »

1424164637

 

Je le soupçonne d’aimer jouer à chat perché.

Pratiquement chaque fois que je vois un harfang des neiges, il est perché.

C’est peut-être parce qu’il est un cousin du chat huant qu’il aime jouer à chat perché. Qu’en penchez vous? (oups, c’était pas voulu…)

Quand il n’est pas en haut de son tas de bois:

IMG_6768

 

 

 

 

Je le trouve en haut d’un toit de grange:

IMG_6917

 

 

 

 

 

Ou sur un lampadaire. (là, il veut jouer les allumeurs de réverbères, peut-être)

IMG_6929 IMG_6955

 

 

 

 

À condition d’avoir bien de la patience, on peut le surprendre au sol:

-en train de se gratter la tête pour savoir quel va être son prochain perchoir:

IMG_6855

 

 

 

 

-ou de regarder si personne ne le regarde si personne ne le regarde:

IMG_6860

 

 

 

 

 

Une vraie peste ce bubo.  Ce n’est pourtant pas de la que vient « bubonique »..

 

Bon dimanche à toutes et tous.

 

Il a un nom à coucher dehors…

Et d’ailleurs, il couche dehors.

Ça doit pas être facile avec les températures hivernales d’icitte.

Lui c’est le Plectrophane des neiges. Anciennement, il s’appelait bruant des neiges.

C’est un passereau de la famille des calcariidae, genre plectrophenax. Plectrophenax nivalis.  Quel nom…. Il est pourtant mignon, je trouve. Il a un petit air de clown bien sympathique.

Je me suis demandé d’où provenait cette expression. Un nom à coucher dehors.

J’ai cherché, j’ai trouvé:

Avoir un nom difficile à prononcer.

Cette expression a une origine assez surprenante. Elle provient en effet d’une époque où lorsqu’une personne était perdue et devait demander le gîte à des inconnus, il valait mieux pour elle qu’elle ait un nom à résonance « chrétienne » pour que quelqu’un accepte de lui offrir un endroit où passer la nuit. Il en était de même dans les auberges où les personnes dont le nom était le plus bourgeois avaient le plus de chances d’obtenir une chambre. Ainsi, les autres allaient devoir dormir dehors. C’est pour ces raisons que l’on dit « avoir un nom à coucher dehors », dont le sens est heureusement aujourd’hui différent puisqu’il s’agit simplement d’avoir un nom compliqué à prononcer ou à retenir, même si l’expression a toujours une valeur relativement négative.
L’armée napoléonienne serait une autre origine possible. Elle était composée de nombreux soldats recrutés lors des campagnes à l’étranger. Lors des stationnements dans des villes, les habitants étaient tenus d’héberger les officiers titulaires d’un billet de logement. Certains de ces officiers, avaient des noms de consonance étrangère, ils pouvaient passer pour des ennemis, on disait qu’ils avaient des « noms à coucher dehors avec un billet de logement ». L’expression aurait depuis été raccourcie à « avoir un nom à coucher dehors ».

Merci l’internaute pour l’explication.

Bonne fin de semaine à toutes et tous.

ps-1 Oui, je les ai attirés avec des graines,  et non, je n’ai pas honte….

ps-2 Non, je vais pas succomber à la contagion et vous souhaiter une bonne st valentin.  Ce genre de fête, ça me dérange….. J’en entendais ce matin à la radio expliquer qu’ils s’aiment depuis des lustres et qu’ils vont fêter ça demain… Pis les autres jours, ils s’ignorent??