Les acériculteurs du Québec sont sur les dents.

IMG_7452

Les acériculteurs du Québec ont l’eau à la bouche.

Nous vivons la période de l’année, pendant laquelle  les acériculteurs sont sur les dents.
À la bouche? Sur les dents?
Bon, il va falloir que j’y aille sur la pointe des pieds avec ces expressions.

Alors simplifions et disons que les acériculteurs sont impatients de voir couler la sève des érables à sucre.

Simplifier, c’est bien, mais encore faudrait-il expliquer, non?

À partir de la fin de février, des nuits de grands froids suivis de journées ensoleillées favorisent la montée de la sève dans les érables à sucre.
Un acériculteur est un monsieur (s’il fait ça en couple, elle, c’est une acéricultrice (Dans la mesure où ce n’est pas un travail à plein temps, une puéricultrice peut très bien être aussi acéricultrice.))

Je disais donc, un monsieur qui cultive les érables à sucre (acer saccharum) pour en tirer la sève qui après traitement donne le sirop d’érable.

Il ne faut pas confondre le sirop d’érable avec d’autres qui n’ont de sirop que le nom.. Comme le sirop de poteau. Lui est extrait non pas des poteaux (téléphoniques ou électriques) mais du maïs (aussi appelé blé d’inde).

Le sirop d’érable (le seul vrai bon ne peut-être que du Québec, naturellement..) est souvent copié, imité, mais jamais égalé. Imaginez donc, au Manitoba, il y en a qui croient pouvoir remplacer le sirop d’érable par du sirop de bouleau. (C’est tout un travail ça…) Va-t-on voir apparaître une nouvelle profession? Butéliculteur?

Pourquoi je vous ai raconté tout ça?

Parce que pendant que je photographiais ces arbres en contre-plongée, un passant me regardait.

Il m’a demandé « vous photographiez les oiseaux? »

Je lui ai répondu « non, je photographie les arbres »

Il a semblé étonné et a ajouté « moi j’ai une érablière ».

Ça m’a donné l’idée de cet article.

Bonne journée à toutes et tous

Pour devenir acériculteur , c’est icitte

Si vous voulez en savoir plus sur le sirop de bouleau, c’est là

 

 

 

14 réflexions au sujet de « Les acériculteurs du Québec sont sur les dents. »

  1. J’ai failli devenir acéricultrice, mais mon pépiniériste (à qui j’avais bêtement demandé un érable à sucre, bien fait pour moi ) m’a vendu un acer saccharinum au lieu d’un acer saccharum. je m’en suis aperçue en voyant les feuilles se développer. Il est joli quand même, et de toutes façons, vu le temps qu’il met à produire, c’est mes descendants qui en auraient profité. J’ai vu les érablières en mars 2009 et j’ai adoré. Je voudrais bien revoir tes forêts au printemps, car je sais que la végétation est différente de celle de mes Pyrénées.
    Merci pour toutes ces balades.

  2. C’est drôle, je croyais avoir donner mon avis sur cette série..?
    Je disais donc que j’étais devenu un peu moins ignorant grâce à toi, car je n’avais jusqu’à présent, j’avais vu un érable de ma vie… moi qui est vécu mon toute enfance sous les pins parasol de la Méditerranée.
    On en apprend tous les jours.
    Merci encore pour ta faconde et ta manière humoristique de présenter les choses.

  3. J’ai fait des découvertes en lisant ton article. Je comprends mieux tes mots sur mon article: communication. Ne gardons pas trop le nez en l’air, cela pourrait donné droit à une chute !
    Est-ce l’effet de la contre plongée, mais ces érables paraissent immenses !
    Bonne journée à toi. Amitiés. Joëlle

Dites nous ce que vous en pensez...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s