Enfin le printemps

Y’a pas que Piaf qui le dit, comme dans sa chanson:

J’ai le vertige dans tes yeux.
Je voltige dans du bleu.
Je vois double et c’est mieux.
Vise mon cœur tout là-haut…
Qui fait du cerf-volant.
Rattrape-le si tu peux,
Mon amour, mon amour
Qui fout le camp…
Enfin le printemps !!!

Enfin Le Printemps Paroles, Edith Piaf  http://www.parolesmania.com/

Il est bien là, même au Québec, enfin le printempsIMG_9192

Photo faite au 7D objectif 70/200mm f2.8L et bague de rapprochement Kenko 36mm

 

C’est marrant, ma mère racontait que mon père la promenait en triporteur.

Autre époque..

Bonne journée à toutes et tous

Expression « se faire canarder »

On se demande parfois d’où proviennent les expressions entendues. Tenez par exemple :canarder:

  •  Viser et tirer d’un lieu où l’on est à couvert pour lancer des projectiles sur quelqu’un.
  • Tirer un son discordant, faire un couac.
  •  Plonger le nez dans la mer et recevoir des lames sur l’avant, pour un bateau.

Tant d’expressions aussi  avec canard: Vilain petit canard. Froid de canard. Mare aux canards. Avoir les pieds en canard. Être trempé comme un canard. Faire un canard( avec un instrument, en chantant). Faire des pas de canard. Glisser comme l’ eau sur les plumes d’ un canard. Marcher comme un canard. Ne pas casser trois pattes à un canard. Tirer les canards sauvages.

On pourrait dire que cette introduction ne casse pas trois pattes à un canard,  certaines photos aussi, prises de très loin. Mais ça me fait quand même plaisir de vous montrer le résultat de mes récentes chasses au canard.

Si vous êtes capables de d »identifier tous ou certains de ces volatiles, qu’ils soient des genres  Anas, Aix,  Aythya, Netta ou autres, donnez nous les noms.  Pas besoin pour la 5, je sais, je sais, c’est un colvert….

Bonne journée à toutes et tous.

Pouvez vous m’expliquer?

Je reviens sur l’article  d’hier. Le Festival de photo de nu.

Je vous y conseillais d’aller voir le travail de Nathalie Bagarry.

L’artiste explique sa démarche avec ces mots :

« j’ai réalisé cette série entre 2012 et2014. Elle se compose de 80 diptyques (1 portrait + 1 portrait sexe). Je souhaitais photographier le corps sans artifice, sans présence de codes sociaux, des corps sincères non retouchés en post-traitement. Conserver les rides, les boutons, les cicatrices, c’est aussi essayer de capter comment le temps nous traverse.  »

Cette thème du corps humain, de temps qui passe, de l’âge, chaque fois que je le vois traité en photographie, ça m’intrigue.

Aujourd’hui, avec le recul, je me pose des questions.

Voici un des diptyques:

03 BGY.2589870e7d1495111460002548dc8a8520

Bizarrement sur un des sites qui met en avant le travail de la photographe, on voit ça:

Et dans un musée, on voit ça, signé Michel Ange:
michelangelo-david-1504-3-views

Vous pouvez m’expliquer?   Pourquoi celui du David ne choque pas? Pourquoi ceux de Bagarry ne passent pas?

Sommes nous devenus ‘ »pudiques » ou bien autre chose?  Est-ce qu’un jour on va démolir à coups de marteaux des statues comme le font des abrutis avec des temples millénaires?

Et le prochain article, je vais revenir à d’autres petits oiseaux..

J’aimerais voir Les Baux en mai.

Non, non, je ne vais pas la faire, trop facile. « C’est beau, Les Baux ». Vraiment trop facile.

J’ai visité trop rapidement les Baux de Provence, il y a plus de 25 ans. J’en ai conservé des souvenirs qui me donnent envie d’y revenir.

Et justement, il y a dans la région et aussi aux Baux, une exposition de photo qui doit valoir le détour.

Ah, qui n’a jamais eu envie de faire de la photo de nu.  Ça change des photos de fleurs et de petits (ou gros) oiseaux.  Mais en plus d’être un exercice difficile de photographier un corps, encorps faut-il trouver le modèle.

Pas facile, alors, on se contente de regarder les photos des autres.

Il y a de très belles choses à voir en fouillant les sites des photographes qui exposent.

Comme par exemple, Alain Rivière-lecoeur.  Une série étonnante : Chairs de terre

 

Ce qui m’a le plus impressionné, c’est le travail de Nathalie Bagarry.  Impressionnant et dérangeant aussi.

Je ne peux pas mettre ici les images qui m’ont le plus donné à penser.  Probable qu’elle peuvent choquer. Je vous laisse le loisir de décider si vous voulez les voir sur son site :http://www.nathaliebagarry.com/fr/accueil.html

Sa série « Le Ballet »est intéressante:

 

Mais c’est sans aucun doute la série « OMU » qui me plait le plus.  Lisez ce qu’en dit  Damien Poublanc

« Nous pourrions tous être modèles pour la série OMU. Parce que nous sommes tous un échantillon du beau, de l’humain et du charnel. De même, tout grain de peau est par essence photogénique. Or s’il est question de génétique ici, c’est de celle du genre (humain) tout autant que de celle de la genèse (sexuée). Comment alors, témoigner de cette identité charnelle sans cesse changeante ? 

La force du cadrage est de se mettre au service d’une esthétique du fragment. A défaut de pouvoir faire figurer l’infinie diversité des corps, la bichromie élève les espèces au genre. Fragmentés et fissurés, les hommes n’en sont pas moins uniques, de par cette dualité même : force et faiblesse. La dissection n’est qu’apparence, car le genre humain est dévoilé sous l’espèce fascinante du mâle, elle-même si diverse ; or notre corps en général et en particulier notre peau sont un lieu de partage, avec le monde et avec les autres ; et c’est en conséquence de la peau qu’il faut partir.

La chair est partage et passage. Fort, le corps s’acharne à vivre, à vouloir, à aimer. Faible, il souffre, crie et puis meurt. Il est dual : force de vie et peur de voir. Les mains voient pour les yeux clos. Quand elle fait miroiter la peau, la photographie détaille l’infinité. Tissus et phanères, dermes et poils, veines et artères ne sont rien de moins que des amas de cellules, entassant elles-mêmes en leur sein la vie. La mise en abyme nous plonge immédiatement dans l’empire de la chair. »

 Pour le site de l’exposition  du 15e festival Européen du nu c’est ici

Pour le site de Nathalie Bagarry, c’est icitte..

Ah que voilà un billet qui change de ce que vous avez l’habitude de voir sur mon blogue, N’est-ce pas?

Si vous allez voir la série OMU faites moi part de vos impressions.  Merci d’avance et bon dimanche à toutes et tous.

 

Il est des premières places qui ne font pas plaisir.

On a l’habitude de jubiler lorsqu’un représentant de notre pays est sur la plus haute marche du podium.  La fierté nationale, l’esprit un tantinet chauvin, c’est assez normal. Mais parfois, il y a des podiums dont on se serait bien passé.  Comme celui ci:
« L’oiseau le plus contaminé du monde est canadien. »

Cet oiseau c’est l’épervier de cooper.  Il fait partie d’une trentaine d’oiseaux dont le foie a été analysé par une équipe de chercheurs canadiens. Il est celui dont le foie est le plus contaminé.

« Pour un des auteurs de la recherche, Kyle Elliott, professeur à l’Université McGill, il n’y a évidemment pas de quoi se vanter.

«Je ne suis pas fier mais bien consterné! dit-il en entrevue. On pense que le Canada est un pays responsable sur le plan de l’environnement. Mais le niveau de pollution qu’on a trouvé dépasse ce qu’on a observé dans les oiseaux près des dépotoirs électroniques en Chine.» »

« Les chercheurs ont fait deux constats: la pollution au DDT et aux BPC des années 50 est encore bien présente dans l’environnement. »

Malgré ce haut niveau de contamination, l’espèce n’est pas menacée. C’est ce que l’on peut lire :« Au cours du XXème siècle, l’espèce a marqué un net déclin à cause de l’usage des pesticides, en particulier le DDT. Depuis l’interdiction de ce produit en 1972, elle a légèrement progressé. Elle a longtemps subi les persécutions des humains à cause de la réputation qu’elle avait de s’en prendre aux volailles stationnées dans les poulaillers. Aux Etats-Unis, elle est encore parfois appelée « chicken hawk » (buse des poulets). L’épervier de Cooper bénéficie désormais de mesures de protection. Le seul danger qui subsiste et pèse sur lui est la dégradation de son habitat. Cependant l’espèce est classée par l’UICN comme « de moindre préoccupation ». ref oiseaux.net

Si celui-ci que j’ai photographié dans le boisé Papineau à Laval, ce n’est pas la faute du ddt ni des bpc.

Par contre, si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire icil’article du journal La presse qui parle de cette première place peu enviable.

Bonne journée  à toutes et tous

Miss Colvert est passée chez Harcourt

Depuis 1934 le Studio Harcourt est connu pour  ses portraits en noir et blanc des stars de cinéma et de personnalités.

De passage 10, rue Jean-Goujon dans le 8e arrondissement, Miss Colvert platyrhynchos de la Visitation n’a pu résister au plaisir de se faire tirer le portrait.

En noir et blanc, naturellement.

Quand je pense aux approches silencieuses et prudentes que l’on doit faire pour espérer voir certains oiseaux et que les colverts viennent se promener à nos pieds…..

Bonne journée à toutes et tous.

Les grues du Canada du Québec.

Ouh  là, là, avec ce titre je risque encore de semer la tempête.  Il faut savoir qu’il y a encore et encore un débat dans une partie de la population à propos de la souveraineté du Québec. Certains voudraient faire de la province un état.  Ces mêmes personnes ont tendance à vouloir rejeter les liens avec le Canada. C’est un peu comme en Corse ou en Bretagne.

Alors, mes grues sont bien des grues du Canada, Grus canadensis, mais observées au Québec…. Il faut noter qu’on peut aussi observer des grues du canada en Sibérie.  Relativement commune dans l’ouest canadien, les grues du Canada sont peu courantes au Québec. L’un des seuls endroits où l’on peu observer ce gros oiseaux est la réserve faunique du lac Saint François à Dundee, près de la frontière avec les USA.  Il faut noter qu’on peut aussi observer des grues du canada en Sibérie.

Les photos ont été faites de très loin.  Et pas moyen de s’approcher plus. Les teintes sont dues à l’heure de prise de vue. Très tôt au lever du soleil.  Les images n’ont pas la netteté idéale.  Ça me fait avoir encore plus envie du Tamron SP 150-600mm F/5-6.3 Di VC USD.

Bonne journée à toutes et tous