C’est bien pour le plaisir de faire compliqué.

Décidément, l’être humain est ben ben compliqué.
Il a toujours envie de chercher, d’essayer.
Prenez par exemple, le photographe. Depuis toujours, son matériel l’oblige à figer le mouvement.
C’est logique.
Faites un instantané de quelque chose qui bouge, et vous le voyez immobile.
On me dira qu’en fait ce n’est pas si compliqué que ça, pour montrer le mouvement, je n’ai qu’à utiliser la fonction vidéo de mon 7D.
Oui, je sais. Mais c’est trop facile.
Alors ça fait des mois que je fais des essais. Je veux arriver à montrer le mouvement des branches d’arbres dans un vent violent, une bourrasque, une rafale ou une tourmente.
J’ai encore tenté le coup. Il m’aurait fallu le trépied pour l’occasion, j’ai fait sans.

Qu’en pensez vous? Ça décoiffe ou bien j’ai intérêt à me consacrer à la photo de gastéropodes?

Oka, c’est ça!

Vous connaissiez déjà, je crois: La Jota, c’est ça.

Aujourd’hui, vous allez connaître Oka.

Oka, c’est une municipalité à l’ouest de Montréal.
Oka, c’est une abbaye, l’abbaye d’Oka.
Oka, c’est le souvenir d’une crise violente entre autochtones et blancs à cause d’un projet de terrain de golf sur des terres ancestrales.
Oka, c’est le parc et la plage d’Oka (avec un coin pour les touts nus) .
Oka, c’est un nom qui viendrait de l’algonquin, okow qui signifie «poisson doré», variété que l’on pêche encore en face d’Oka.

Mais pour moi Oka, c’est ça:

Bonne semaine à toutes et tous

C’est l’histoire d’un mec…

C’est l’histoire d’un mec… Coluche commençait ainsi un de ses sketchs.

Mais ce n’est pas de Coluche dont il va être question.

C est l’histoire d’un mec, photographe qui rencontre un de ses copains,  photographe comme lui. Et il lui raconte:

-L’autre soir, je passais sur le pont de la caille, quand je vois, une femme, debout sur la parapet, avec deux enfants dans ses bras, se préparer à se jeter dans le vide.

-Et qu’est-ce que tu as fais?

-f/2.8 au 500e de seconde…

C’est idiot cette histoire là. C’est l’histoire de photographes qui voient des choses tragiques et qui ne pensent qu’à photographier ces instants.

L’autre jour, j’étais sur une passerelle au milieu d’un marais.  Assez loin, sur l’eau, j’ai vu quelque chose de sombre qui s’agitait dans l’eau. Au début, j’ai cru à un animal aquatique, grenouille peut-être.  Forcément, je me suis servi du téléobjectif pour voir ce que c’était. C’était un oiseau, peut-être un pic, tombé dans l’eau et qui se débattait pour tenter de s’en sortir.  Et je ne sais pas pourquoi, j’ai déclenché.   Il faisait des ronds dans l’eau en se débattant.  Puis très vite, les ronds ont diminué, et il a abdiqué,  mort.

Je me demande encore pourquoi j’ai photographié ça. Il était loin, je ne pouvais rien faire pour le tirer de là. Mais pourquoi déclencher?

Est-ce le fait d’avoir en main un appareil photo qui nous pousse à un voyeurisme un peu dérangeant?

Qu’en pensez vous?

 

 

Lisent-ils aussi Fifty shades of grey?

Fifty shades of Grey? Mais oui, vous savez ce phénomène littéraire qui semble faire croire que l’amour vache est une nouvelle tendance.  Savez vous que chez les canards aussi, on pourrait croire, on a lu les bouquins de E.L. James.

Au début, je croyais qu’ils se battaient.  Mais non…

Ils ne se battaient pas.  Ils s’ébattaient sur leur lit d’eau.

Il avait l’air tout content, après, le canard.

Peut-être qu’il s’appelait Johnny, qu’en pensez vous?

Bonne journée à toutes et tous

Fais-je de la macro-photo ou de la proxi-photo?

 

Ah, quelle question!!  Les forums consacrés à la photographie regorgent de sujets sur ce débat qui est aussi propice à chicanes que l’histoire de l’œuf ou de la poule. J’ai trouvé une question posée par un participant  » Quelle est la différence entre la proxi-photo avec un zoom et la macro-photo avec un véritable objectif? » Ça m’a fait bien rire. On croirait presque à le lire qu’un zoom n’est pas un véritable objectif.

Le pauvre qui cherchait une réponse claire a été servi. Les ceusses qui connaissent tout lui ont répondu rapport de grossissement 1/1, et d’autres joyeusetés du style

« Oui mais non. Le rapport de grandissement correspond dans les docs technique a la différence de taille entre l’objet réel et sa projection sur le capteur de ton appareil a distance de mise au point minimum de l’objectif »

Ce genre de débats m’amusent. Et beaucoup. Ces gens là parlent de chiffres, de techniques, de règles. Je me demande s’ils n’ont pas oublié l’essentiel en photographie: le plaisir.

Je n’ai pas d’objectif macro, je me sers de mes objectifs auxquels je couple des bagues de rapprochement. Parfois je le fais avec un 50 mm, d’autres fois avec mon 70/200. Mes photos ne sont donc peut-être pas classables dans macro ou proxi. Mais je m’en fous. Quand je suis à genoux pour aller chercher la lumière qui va faire vivre le sujet, savoir que je fais de la macro ou de la proxi m’indiffère. Qu’en pensez vous?

 

Bonne journée à toutes et tous.  Que vous fassiez de la macro ou non.

Les as du salon aeronotique du Bourget peuvent aller se rhabiller.

Au Bourget, cette année encore, plus de 300 000 visiteurs sont venus voir les avions et surtout assister à des démonstration de voltige aérienne. Les as du manche à balai sont des virtuoses, c’est vrai. Mais à coté des figures d’une guifette noire en vol…
Voir la guifette aller se nourrir sur des bancs de végétaux à la surface d’un étang, c’est fantastique.

Guifette noire, Chlidonias niger, Ordre : Charadriiformes, Famille : Laridés.

Taille : 28 cm, Envergure : 57 à 65 cm. Poids : 50 à 75 g Longévité : 17 ans

Bonne journée à toutes et tous