Je ne pensais pas rencontrer un draveur dans le parc de la rivière du nord à St Jérome

J’ai arpenté souvent les sentiers du parc de la rivière du nord. À moins d’une heure de Montréal, c’est un parc que j’aime beaucoup.  J’aime tous ses sentiers y compris celui du draveur.

On fait parfois de curieuses rencontres au long de ces chemins.  L’autre jour par exemple, un pêcheur à la mouche était là, bien que la saison soit fermée..

Un peu plus loin, une femme assise sur un banc lisait (non, non, pas sur une tablette…)

Mais celui que je ne croyais jamais voir là, c’est le draveur. Cramponné à sa perche, juché sur le tas de bois:

Mais, j’y songe, beaucoup doivent se demander ce qu’est un draveur?

Le draveur (raftman, en anglais ( vous allez comprendre le rapport avec rafting » est un bûcheron canadien qui à la fonte des lacs, généralement en mai, utilisait les rivières pour acheminer le bois abattu à la pulperie (je vous laisse trouver ce que veut dire pulperie).

C’était un métier très dangereux. En équilibre sur  des troncs, le draveur se servait d’une perche pour débloquer l’embâcle.

Photo www. toucherdubois. ca

Photo www. toucherdubois. ca

Si ça vous tente d’en savoir plus sur ce métier disparu, prenez le temps de regarder la vidéo qui provient de l’ONF Office national du film.

La-drave_988_LG
Cliquez sur l’image.

Bonne journée à toutes et tous, draveurs ou pas.

9 réflexions au sujet de « Je ne pensais pas rencontrer un draveur dans le parc de la rivière du nord à St Jérome »

  1. Je ne connaissais pas le nom de ce métier, mais je savais qu’il existait car dans un roman ils en parlaient. En effet il faut vraiment vouloir sa paie en fin de mois pour faire ça. Aujourd’hui on râle sur nos conditions de travail, alors que l’on est si aidé.
    Une pensée pour les miniers.

  2. Splendide ces sculptures!!! Et tes photos les mettent superbement en valeur.
    Chez nous aussi, ça existait mais il me semble que la descente se faisait sur des troncs attachés comme un radeau ( plusieurs à la suite) avec même un gouvernail. Chez nous le conducteur s’appelait le flotteur. Il y avait quelques flottage à bûche perdues mais nos rivières ne permettaient pas d’aller bien loin, pas assez de courant, je suppose.

  3. Superbe documentaire aussi bien servit que possible, faut reconnaitre que Felix Leclerc est bien l’équivalent de notre Georges Brassens.
    Je ne pouvais pas soupçonné l’agilité et le savoir faire de ces bons ouvriers là.
    J’aime monsieur qui conduit la manoeuvre avec son regard fier et sévère de bon aloi.
    Je connais désormais le métier de « draveur », grâce à toi, merci cher Dominique.
    Ceci dit, ta série d’images est très chouette et bien trouvée.

  4. C’est vrai que c’est inattendu, la drave à l’automne, mais tu as donné vie non seulement au draveur, mais aussi au pêcheur et la lectrice. Beau parc. Belles sculptures. Belles photos !

Dites nous ce que vous en pensez...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s