Ambiance très « hot » hier au tam-tams du Mont-Royal.

L’ambiance était très chaude hier près du monument de Sir George-Étienne Cartier. Pour une fois, le soleil plombait.

Le vieux jamaicain qui me reconnait et me salue chaque fois, était là.

Ses mains parcheminées faisaient résonner le djembé.

Le crâne luisait…

Deux copains bronzaient…

Une pensive méditait….

Un vieux bonhomme dansait, les yeux fermés..

Un gamin têtait..

Et un couple s’échauffait…

Belle ambiance comme tous les ans, au pied du Mont-Royal.

Les chevaux de la commune

Les chevaux de la commune.

En parcourant le sentier du marais des iles de Berthier à quelques dizaines de km de Montréal, nous sommes passés
près d’un pâturage dans lequel paissaient en pais (ah bon??) bovins et équidés. Une dame érudite tint à nous expliquer
que cet endroit faisait partie d’une commune. C’est pour cela que j’ai titré « Les chevaux de la commune ».

Sur le site d’érudit.org on peut lire:
« L’exploitation communale d’un pâturage est aujourd’hui chose rare
au Québec. Bien qu’au début de la colonie, du tiers à la
moitié des terres seigneuries englobaient chacune au moins un pâturage communal,
il n’en subsiste que quelques exemples en 1973.
Il s’agit des communes de Berthier, de l’île Dupas, de l’île du Moine,de Maska et de Baieville. Ces pâturages, sur lesquels chaque
printemps plusieurs centaines d’exploitants viennent conduire des animaux,
ont la propriété d’être situés sur des terres basses, en bordure de l’eau
et facilement inondables. »

Ces grosses bibittes semblaient intriguer la petite Rosie.

Si vous désirez en savoir plus sur le système des terres communales qui trouvent leur origine en France, allez lire ici:https://www.erudit.org/fr/revues/cgq/1973-v17-n41-cgq2615/021120ar.pdf

Bonne semaine à toutes et tous.

Ps, je suis moins assidu sur mon blogue et sur les blogues amis. Veuillez ne pas m’en tenir rigueur.

 

« Dis, P’pa, t’as tu vu l’iceberg? »

C’est a commencé par une question: Dis, P’pa, t’as tu vu l’iceberg?..
J’étais occupé à lire les niouses sur ma tablette quand mon gamin a interrompu ma lecture avec sa question.
J’avais bien vu qu’un iceberg faisait les grands titres. Mais faut dire que la glace, berg ou pas, c’est beurk pour moi.
Mais il me fallait bien satisfaire la curiosité de mon gamin.
Alors avec lui, j’ai cherché ce qui s’écrivait à propos de cette montagne de glace.
Parce que forcément, il allait me falloir pouvoir répondre à des questions du genre « l’est grand comment? »
Et là, surprise, les journalistes sont fantastiques…
Plutôt que de parler de superficie ou du volume, ils cherchent des comparaisons. Et ça tourne au voyage à travers le monde, les départements et cie…

« Un iceberg de la taille des Bouches-du-Rhône s’est détaché de l’Antarctique
Un iceberg de la taille de la Corrèze se détache de l’Antarctique
Un iceberg de la taille du Gard vient de se détacher de l’Antarctique
Un gigantesque iceberg de la taille du Valais s’est détaché de l’Antarctique
Un iceberg de la taille de la Haute-Garonne sur le point de se détacher de l’Antarctique
Une impressionnante chute d’iceberg de la taille de Manhattan
Un iceberg de la taille du Jura va se détacher de la banquise en Antarctique
Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique
une superficie qui équivaut à plus de 11 fois l’île de Montréal

Giant iceberg the size of P.E.I (ile du prince édouard). breaks off Antarctica
Iceberg the size of Delaware, among biggest ever recorded, snaps off Antarctica
Iceberg twice size of Luxembourg breaks off Antarctic ice shelf »

Toutes ces comparaisons de taille n’ont pas étanché la soif de savoir de mon gosse (le terme gosse n’est pas ici à comprendre dans sa version québécoise du terme)..

« oui, mais p’pa, en fait c’est grand comment »..
« ben, ça fait des milliers de km carrés, près de 6000 paraît-il… »

« pis, c’est tu lourd un iceberg de même? »
« ben, euh oui, paraît que ça pèse des milliards de tonne, mille milliards de tonnes qu’y disent.. »

« oui, mais dis p’pa, c’est lourd comment mille milliards de tonnes? »

D’après vous, comment répondre à une question pareille?
Alors, je lui ai dit « arrête avec tes questions idiotes et finit ta glace elle va fondre…. »

Bonne journée à toutes et tous

Elle semblait dire: « tsé-tu, c’est quoi ça?? »

En promenant les chiennes dans le parc de la Merci, dans ahuntsic, à Montréal, je passe souvent dans un coin intriguant. Même « Rosie » une des chiennes semble se poser des questions.

On peut voir, proche du bord de la rivière des prairies, plusieurs rochers qui portent des incrustations sculptées qui sont, pour moi, sans explications.


Une main, un chien, un aigle, un loup. Qu’est-ce que ça veut dire? Qui est à l’Origine de ces symboles. Toutes mes recherches sur internet sont restées vaines.
Quelqu’un ou quelqu’une a peut-être une explication à me fournir…
Bonne journée à toutes et tous.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué??

C’est la question qui me turlupinait la fin de la semaine passée, pendant une visite au Musée de la Pointe à Callière. C’est un bel endroit qui montre l’histoire de la fondation de la ville de Montréal et qui en ce moment propose une exposition « Le chamane et la pensée de la forêt ».
Le musée décrit l’exposition de cette façon:
Au rendez-vous seront de chatoyantes parures de plumes, sarbacanes, arcs et flèches au curare, objets usuels, vanneries, masques, instruments de musique, et nécessaires pour la prise d’hallucinogènes utilisés par les chamanes. L’exposition présentera des objets issus d’une trentaine d’ethnies de neuf pays du bassin amazonien.
Ramener des images d’une exposition dans un musée se résume à un choix simple:
-La facilité qui consiste à acheter la plaquette-catalogue souvenir.
-ou la difficulté: faire ses propres photos avec un cellulaire. La lumière difficile, les reflets tout est fait pour rendre les photos laides.
J’ai choisi la difficulté, qu’en pensez vous?


Bonne journée à toutes et tous

Qu’est-ce qui relie la casquette du trump et un voilier dans le port de Montréal?

Quel était le point commun entre les deux photos proposées hier.
Un voilier et trump et sa casquette.

Le voilier il s’agit de l’Amerigo Vespucci.

Gréement trois-mâts carré
Lancement 22 février 1931
Équipage 16 officiers et 70 marins
Longueur 100,50 m
Longueur de coque 82,38 m
Maître-bau 15,50 m
Tirant d’eau 7 m
Déplacement 4 150 t
Tonnage 3 545 tonneaux
Voilure 2 824 m2 (26 voiles)
Vitesse 10 nœuds (sous voile)

La casquette de trump avec « sa » devise, refaire la grandeur de l’Amérique.

Sans Vespucci, « make américa great again » n’aurait pas existé.

Amerigo Vespucci (ou Americo Vespuce)1, né le 9 mars 14542 à Florence, dans la république du même nom et mort le 22 février 1512 à Séville en Castille, est un navigateur florentin au service du royaume de Portugal et de la couronne de Castille. Il est considéré comme le premier européen à comprendre que les terres découvertes par Christophe Colomb font partie d’un nouveau continent. C’est en hommage à Vespucci que ce nouveau continent a été appelé « Amérique »

Il faut noter que le fait que les USA (Etats Unis d’Amérique) est discutable.
« Le terme « Amérique » désigne (au sens large quant à l’étendue) le continent où se trouvent les États-Unis. Mais, selon le contexte, il peut désigner les seuls États-Unis d’Amérique, ce qui peut créer quelques ambiguïtés.Ainsi, Voice of America a été la voix des États-Unis durant la Guerre froide. la célèbre phrase « God Bless America » est une phrase patriotique des habitants des États-Unis, en aucun cas une phrase d’unité du continent. » (wikipéida)

Devinette…

Devinez ce qui relie ces deux images????

Le splendide voilier a été photographié, vendredi passé à Montréal.
Le gros « ——- » n’est à ma connaissance jamais accosté au porc de Montréal….
Oui? vous dites??
Bonne semaine à toutes et tous